Moi Jeanne, cougar sexy … j’ai baisĂ© deux blacks

Jeanne se love sur Blaise

C’est l’histoire d’une cougar sexy quinquagĂ©naire qui a connu sa première expĂ©rience sexuelle interraciale.

Je m’appelle Jeanne. J’ai 53 ans et je veux ici vous raconter une belle aventure qui m’est arrivĂ©e il y a quelques mois. VoilĂ , après mon divorce il y a deux ans, j’ai eu du mal Ă  rebondir. En pleine mĂ©nopause et surtout en plein doute sur mon avenir amoureux, je me suis souvent dit que je ne retrouverai jamais d’homme. Après tout, j’avais passĂ© plus de la moitiĂ© de ma vie avec le mĂŞme homme. Sans jamais le tromper, j’ai toujours Ă©tĂ© une Ă©pouse fidèle. Avant le mariage, ma vie amoureuse s’Ă©tait rĂ©sumĂ©e Ă  quelques flirts sans lendemain mais rien de transcendant. Mon ex-mari a Ă©tĂ© ma boussole pendant toutes ces annĂ©es. Et soudain, c’est le vide, le prĂ©cipice. Me retrouver seule Ă  plus de 50 ans, j’ai vite appris que j’Ă©tais devenue une femme mature. Le terme ne m’Ă©tait jamais venu Ă  l’esprit.

Un divorce difficile mais je décide de faire des rencontres

Le divorce a Ă©tĂ© difficile mais je ne me laisse pas abattre. En effet, de nature plutĂ´t optimiste, je dĂ©cide de ne pas me laisser abattre et de me remettre dans le concert des Ă©changes amoureux. Le premier rĂ©flexe est de sortir avec mes copines cĂ©libataires ou divorcĂ©es dans les bars, et les afterwork. LĂ , je rĂ©alise que je n’ai ni le look, ni l’attitude des femmes prĂ©datrices qui attaquent les hommes ou les appâtent dans leurs filets. Non seulement le divorce a Ă©tĂ© difficile mais la suite n’apparait pas moins ardue. Les rencontres, c’est pas Ă©vident dans la vraie vie. Aussi, je prends mon courage Ă  deux mains et m’inscris sur un site de rencontres femme mure. Plus c’est spĂ©cialisĂ©, plus je devine que je vais trouver chaussure Ă  mon pied. Et lĂ  aussi, c’est la dĂ©sillusion. Entre les gros relous, les pervers, les mythos, je me dis que je ne trouverai pas mon bonheur.

Seulement, savais-je au moins ce que je voulais ? Ce qui est sĂ»r c’est que je ne comptais pas me lancer dans une relation sĂ©rieuse. Du moins pas pour le moment. Il Ă©tait temps peut-ĂŞtre de me tester sur le marchĂ© de la rencontre. Pourquoi ne pas en profiter et pencher pour ce que tout le monde appelle vulgairement le plan cul ? Pendant des annĂ©es, j’ai mĂ©prisĂ© les cĂ©libataires, notamment les femmes mures de mon âge, de ne pas vouloir aller plus loin qu’une nuit de sexe. Pourtant, au pied du mur, je rĂ©alise que cette facilitĂ© de vie est peut-ĂŞtre un chemin vers le bonheur, au moins l’Ă©panouissement. Et pourquoi ne pas se la jouer cougar sexy et dĂ©butante ?

Devenir une cougar m’a accompagnĂ©e sur le chemin du plaisir

Ca a l’air pompeux comme ça mais dĂ©cider de draguer ou convoiter des hommes plus jeunes, m’a ouvert la voie. Me voilĂ  lancer sur le chemin du plaisir. Cependant, quitte Ă  choisir des mecs plus jeunes, autant viser des mâles dont je me servirais pour mes fins très intimes et personnelles : le plaisir sexuel et charnel.

Je me re-connecte sur internet et cette fois sur un site de plan cul cougars, rien que pour les femmes de mon âge en quĂŞte de beaux mâles. Et quitte Ă  choisir maintenant que j’Ă©tais libre, j’allais opter pour un beau black. Il s’appelle Blaise, il est togolais et a 25 ans. Son sourire m’a immĂ©diatement conquise et j’ai cliquĂ© sur son profil en lui envoyant directement plein de petits coeurs. Sa première approche a Ă©tĂ© cash et j’ai adorĂ© ça : « Tu es l’une des plus belles femmes que j’ai jamais vues. Une cougar sexy et j’ai qu’une envie, c’est te faire grimper au rideau. ». D’aucunes auraient mis un vent, j’Ă©tais littĂ©ralement sous le charme de ce bel africain. J’ai donc pris rendez-vous et devenir cougar se concrĂ©tisait au fur et Ă  mesure. Des papillons dans le ventre, je me suis mis sur mon 31 ans. En me regardant dans le miroir, j’Ă©tais moi-mĂŞme surprise des efforts que j’avais dĂ©ployĂ©s afin de faire honneur aux compliments de Blaise.

Premier rendez-vous et il débarque avec un pote

Je l’attends au bar d’un hĂ´tel cossu, Ă  Paris, en mode cougar sexy et femme fatale. Les hommes me regardent et je suis Ă  la fois gĂŞnĂ©e mais aussi excitĂ©e. C’est aussi la première fois qu’autant de regards d’hommes se posent sur moi. Pensent-ils que je suis une pute ? Au bout de 10 minutes, l’arrivĂ©e de Blaise met fin Ă  mon supplice. Cependant, j’ai un choc lorsque je le vois arriver avec un pote. Beau gosse, le copain mais je reste dans l’embarras. A-t-il l’intention de me proposer un plan Ă  3 ? Il est confus et m’explique qu’il n’a pas eu autre choix que de venir avec ThimotĂ©e. C’est son cousin du Togo en transit Ă  Paris pour deux jours. Il ne pouvait le laisser seul chez lui et le temps manquait. J’ai trouvĂ© ça un peu touchant qu’il ait un sens de l’amitiĂ© aussi pointu. Et a ce moment, la donne a changĂ©. Je suis devenue la chasseuse, en menant les dĂ©bats et en draguant les deux hommes en mĂŞme temps. Mes deux blacks paraissaient un peu dĂ©stabilisĂ©s et intimidĂ©s. Mais je les ai vite dĂ©tendus lorsque j’ai carrĂ©ment proposĂ© de prendre une chambre pour le soir mĂŞme dans le palace.

A 650 euros la chambre, j’Ă©tais totalement inconsciente d’autant que mes finances ne me le permettaient pas. Mais les garçons ont Ă©tĂ© gentlemen et ont rĂ©glĂ© l’addition.

Nue dans le lit, prĂŞte pour un plan Ă  3 avec deux beaux Ă©talons black

Missionnaire interracial hard

Me voilĂ  moi, Jeanne, femme française n’ayant jamais eu de rapports sexuels avec un homme noir, encore moins avec deux, nue dans un lit d’un hĂ´tel parisien. A ce moment, je ne rĂ©flĂ©chis pas et je suis simplement transportĂ©e, excitĂ©e Ă  l’idĂ©e de cette nouvelle expĂ©rience. On fait monter une bouteille de champagne dans la chambre, met un peu de musique. ThimotĂ©e est beaucoup plus chaud que son cousin. Pourtant, rien ne le prĂ©destinait Ă  se retrouver la queue Ă  l’air dans le lit d’une cougar sexy blanche de 53 ans. Il avait bien d’autres projets sauf celui d’un plan Ă  3 avec son propre cousin. Il sort son Ă©norme pĂ©nis ( je n’avais jamais vu ça de ma vie !!! ) et je suis un peu dĂ©stabilisĂ©e en posant toutes sortes de questions. Vais je souffrir ? Puis-je raisonnablement mettre une aussi grosse bite dans ma chatte ?

Jeanne cougar se fait défoncer

Ma première pipe sur une Ă©norme queue black …

Je ne me pose pas de questions et je prends en bouche l’Ă©norme queue. Non seulement elle est longue mais en plus elle est Ă©paisse et dure. La sensation est bizarre et Ă  mesure que je le suce, je sens un bout de chair me titiller le clitoris. Pendant un moment, j’avais totalement oubliĂ© Blaise, qui Ă©tait pourtant mon rencard initial. C’est ma première pipe sur une Ă©norme queue black et je ne sais pas si je m’y prends bien. En tout cas, ThimotĂ©e  l’air d’apprĂ©cier. Puis je prends la bite de Blaise et je me retrouve Ă  sucer deux gros chibres noirs. Première fois et je me sens comme une reine, comme une salope. Bref, je mouille et je suis prĂŞte Ă  les recevoir en moi.

… et ma première double pĂ©nĂ©tration

En me levant ce matin-lĂ  si j’avais eu le moindre soupçon que je me ferais baiser par deux blacks en mĂŞme temps, j’aurais souri et ri. Mais c’Ă©tait pourtant concret et vrai ce qui m’arrivait. Je faisais l’amour en plan Ă  3 avec deux beaux togolais armĂ©s chacun de gros membres. Ils m’ont caressĂ©e, doigtĂ©e, embrassĂ©e, ont pris soin de ma petite chatte et aussi de mon petit anus encore vierge de sensations aussi fortes. Ma première double pĂ©nĂ©tration s’est dĂ©roulĂ©e avec la plus grande facilitĂ©. Bien que j’ai marchĂ© de travers le lendemain, j’ai adorĂ© me faire prendre sauvagement par deux inconnus. Plus jeunes, plus endurants, je me suis vraiment sentie telle une cougar sexy sans tabous.

Ils ont Ă©tĂ© tellement patients avec moi. Les caresses sur les fesses, les mains baladeuses et les bisous dans le cou. ThimotĂ©e aimait mordiller mon oreille et ça a eu le don de faire mouiller encore plus. Il suffisait ainsi que je ferme les yeux et que je m’abandonne aux pĂ©nĂ©trations puissantes de mes amants du soir. Orgasme sur orgasme, j’ai Ă©tĂ© une femme comblĂ©e le temps d’une nuit.

Si on m’avait dit après mon divorce que j’Ă©prouverais autant de plaisir sexuel, j’aurais peut-ĂŞtre sautĂ© la case mariage et j’aurais surement optĂ© pour la case libertinage. Cependant, je me dis qu’il a probablement fallu que j’ai connu ce purgatoire qu’est le mariage avec de rencontrer l’extase avec deux beaux blacks qui n’Ă©taient mĂŞme pas nĂ©s le jour de mon mariage. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *