Brigitte, la pute à Blacks aime partouzer à l’hôtel


Brigitte pute à blacks 32

Brigitte, femme de flic, 50 ans, une vie confortable dans un pavillon de banlieue. Existence bien réglée, sans surprise, sans éclat, un mari aimant mais à bout de nerfs entre les manifs de gilets jaunes et le covid-19. Une femme qui ne jouit que très rarement et des envies sexuelles diverses et variées, et non-assouvies. Cette belle femme mature blonde, à la silhouette bien française, gros cul, bidon nourri à la  charcuterie et un carré plongeant, se morfond. En tombant sur une pub pour les sites  de rencontre libertine, elle a postulé. Deux beaux étalons guyanais cherchent femme mariée blanche, afin de devenir leur pute à blacks. Brigitte, la délaissée, Brigitte la curieuse  se porte alors volontaire et c’est dans une chambre d’hôtel Mercure que le trio se retrouve. Notre blondasse cougar pensait  peut-être que ça allait être une promenade de santé. C’était avant qu’elle ne découvre les deux énormes queues noires dont elle aura la charge de faire  bander, sucer et faire juter.

Eprouvante séance de pipe

Lorsqu’on découvre deux énormes pénis larges et longs alors que son compagnon ne peut se vanter que de 14,4 cm en érection maximale, on flippe un peu. Cependant, la réaction de Brigitte a été sereine. Après tout, notre mature ne pouvait continuer à se plaindre de la petitesse du sexe conjugal et craindre avec une queue plus grosse. Méthodiquement, comme elle l’a vu dans les film porn interracial, elle saisit chaque matraque à une main. Elle commence à poser sa bouche sur un gland tout en agitant la deuxième pine. Les mâchoires écartelées, les maxillaires à rude épreuve, elle fait une bonne pipe mais n’en prend pas de plaisir sur le moment. C’est éprouvant. Se surcroît, nos blacks bandent dur et à la verticale. Pourtant, Brigitte éprouve une énorme satisfaction à provoquer une telle excitation. A son âge, avec sa chair un peu molle et ses porte-jarretelles bon marché.

L’invité surprise du gangbang

Alors que les deux blacks travaillent bien la chatte rasée de Brigitte, ça frappe à la porte. En effet, le gangbang interracial n’a de sens que si un troisième larron se joint aux ébats. Notre pute à renois se retrouve alors avec plus de 60 cm de bites noires combinées. Peu importe, dans sa tenue de prostituée de Pigalle, la blonde tient la barque. Jambes en l’air, vagin offert, elle se laisse éclater la vulve tout en suçant. En effet, notre cougar infidèle n’a pas trop le choix de continuer à sucer pour s’occuper. Et surtout oublier que l’invité suprise la bourrine et la culbute beaucoup plus fort que les deux autres. Au cours de cette partouze à l’hôtel, Brigitte s’évade, imagine des orgies plus grosses. Un jour, elle aimerait se retrouver avec encore plus d’invités surprises qui débarqueraient à l’improviste.
Juste un afflux massif de queues à sucer et à se fourrer dans sa chatte de plus en plus dilatée.

Le comble de l’histoire est qu’un jour, elle se fera surement remplir par un mec que son mari a déjà arrêté. Jusqu’à ce moment, notre pute à blacks continuera à organiser ces petites partouzes en toute intimité. Elle continuera à commettre le péché d’adultère. En poussant surtout le vice à se faire éjaculer dans la chatte, sur la bouche. Parfois, y a capote, parfois non. A 50 ans passés, Brigitte ne se préoccupe pas trop des MST, encore moins de tomber enceinte. Vive la ménopause pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *