Régine, une bourgeoise salope avide de sexe et de jeunots

Régine bourgeoise salope avide sexe 3

62 ans et toutes ses dents ! Régine a divorcé il y a déjà 10 ans et depuis, elle ne s’est jamais sentie aussi jeune. Le regard qu’elle avait sur elle même a changé. Autrefois, son mari ne l’avait jamais fait se sentir belle et désirable. C’était d’ailleurs plus un mariage de raison qu’autre chose. Le divorce, c’est pourtant Régine qui a eu le courage de le demander. Notre bourgeoise a reboosté son égo et son amour-propre. Depuis, madame est devenue avide de sexe. Ce sont les jeunes hommes qui lui donnent sa raison de vivre. En effet, si notre mature rousse passe autant de temps à choisir ses ensembles lingerie, c’est afin de paraître sexy aux yeux de ses amants. Elle a ainsi appris à séduire et développer une forme d’ascendant sur ces petits jeunots chauds de la bite. De plus, elle les contacte via ce site où toutes les cougars se donnent rendez vous.

Une belle poitrine qu’elle entretient en la malaxant

Ses gros seins encore frais sont un des arguments de chasse. Comment fait elle pour entretenir une belle poitrine aussi douce et lourde ? C’est le malaxage matinal. Pendant quelques minutes au réveil, Régine reste dans son lit. Notre femme nue prend chaque nichon dans chaque main, empoigne, serre un peu, relâche et applique des mouvements circulaires. Délicate et méticuleuse dans son exercice de malaxage, elle ferme les yeux et s’y abandonne. Sa poitrine étant une zone érogène, elle durcit pendant cet exercice de caresse. C’est la raison pour laquelle notre bourgeoise ne perd jamais de volume et ne voit pas sa paire de lolos se transformer en gants de toilette ou se flétrir. Cependant, on remarque les veines de circulation sanguine plus saillantes. Pendant l’amour avec un jeune amant, elle poursuit ce travail de raffermissement en se faisant bouffer les seins avec vigueur.

Comment séduire un jeunot avec de la lingerie fine ?

L’une de ses armes favorites pour mettre des jeunots dans son pieu, c’est l’allure. La lingerie fine est son armure. Cela commence avant même de se dénuder et se présenter en corset ou en porte-jarretelles. Les bas collants en nylons portés en permanence sous sa jupe stricte, juste au corps, sont de mise. Lorsque notre bourgeoise salope est attablée dans un salon de Palace, le décroisé de jambes constituent le rituel, la parade nuptiale obligée afin de capter le regard du jeune homme. Une fois ramené à la table, Régine entame sont travail de tchatche. Mission suivante : ramener la proie à la chambre et découvrir le reste de la lingerie coquine, avec frou-frous et jarretelles affriolants. Soutien-gorge néanmoins très rare.

Next step : baiser dans une suite de luxe

En bonne bourgeoise ayant les moyens, Régine ne fait l’amour que dans des ambiances feutrées et chic. Si elle emmène son toyboy à l’hôtel, c’est un palace et la chambre est une suite. Dans ces alcôves aux effluves capiteuses et au cuir précieux, notre cougar se sent dans son élément. Les jeunots, quant à eux, impressionnés de cet étalas de richesse, s’en retrouvent excités. Du sexe dans autant d’opulence, ça leur met à la trique. Notre bourgeoise sort alors ses deux mamelles, toujours juchée sur ses talons de salope, se cambre et écarte les jambes. La position est parfaite pour commencer une levrette en position debout. A ce moment, son avidité de sexe peut être comblée largement par de grands coups de queue bien méritées.

Ces cougars peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *